Leaving France for Mexico at 25 to manage my project of hostel opening

Nous sommes en février 2015 lorsque je prends la décision d’utiliser le terrain que j’ai acheté à Puerto Morelos (au sud de Cancun au Mexique) 3 ans plus tôt, pour y faire construire une auberge de jeunesse et donc réaliser mon rêve d’ouvrir mon propre établissement touristique, que j’ai en tête depuis que j’ai 18 ans (j’en aurais 26 la semaine prochaine).

ETAPE 1 : Quelle démarche suivre pour construire au Mexique ?

De la France, il m’a fallut prendre contact avec des gens sur places afin d’obtenir des informations et connaître la marche à suivre quant à la construction d’un bâtiment au Mexique en tant qu’étrangère. C’est dans un premier temps un jeune architecte, bientôt diplômé qui m’aide, mais qui, trois mois plus tard en mai 2015, me dit qu’il serait préférable pour moi de collaborer avec quelqu’un d’autre, car il n’est pas encore assez professionnel pour pouvoir m’aider sur tous les aspects du projet. Je rentre donc en contact avec une jeune femme, Mariana, qui pour le coup, connait vraiment son métier sur le bout des doigts et m’est alors d’une grande aide. Avec elle, je suis rassurée car tout devient clair et je connais maintenant les différentes étapes à suivre pour arriver jusqu’à l’obtention du permis de construire.

ETAPE 2 : Rentrer en contact avec mon notaire-fantôme :

Mariana rentre en contact avec mon notaire qui avait géré mon dossier lors de l’achat du bien en 2012 (car il ne répond pas à mes e-mails), afin que qu’il prépare les documents que j’aurais besoin en tant qu’étrangère pour mener à bien mon projet. Le temps passe et les choses n’avancent pas vite ; nous sommes en juin 2015 lorsque certains papiers seraient finalement prêts pour septembre. Néanmoins, rien n’est fait et il me dit que le document sera terminé en octobre, mais il aura besoin de ma signature. Etant toujours en région Parisienne, je pense à l’éventualité de donner ce pouvoir à Mariana ; après un appel non fructueux au consulat du Mexique situé à Paris, je m’y rends directement dans le but de faire les démarches. Je suis confrontée à la même personne désagréable que j’avais eue au téléphone et à nouveau par téléphone, depuis celui de l’accueil du consulat, puisque cette dernière refuse de descendre à l’accueil ou me recevoir, bref finalement, je ressors frustrée, car les démarches sont lourdes, longues et plus ou moins onéreuses. En octobre, j’apprends également que mon notaire n’a toujours pas bougé d’un iota pour faire mes papiers. Voilà 7 mois que j’ai le projet en tête, je vous ai passé de très nombreux détails, mais rien n’avance et mon notaire passe son temps à me faire tourner en bourrique, il faut prendre une décision !

DSC_1087

We are in February 2015 when I decide to use the land I bought in Puerto Morelos near Cancun in Mexico, three years ago, to build a hostel and follow my dream I have in mind since I was 18 (I will be 26 next week).

STEP 1: What steps to follow to build in Mexico?

From France, I started to make contact in Cancun to obtain information and to determine what to do step by step. I was initially in touch with a young architect, but three months later in May 2015, he said it would be better for me to work with someone else, because he did not have all the information to help me. So I met Mariana (through the internet as well) who helped me a lot because she perfectly knew what I had to do! I was reassured and knew how to get my building permit.

STEP 2: Get in touch with my ghost-notary:

Mariana got in touch with the notary I worked with at the time I bought the land (because he was not answering my emails) and he confirmed he would work on the papers I needed to start my project as a foreigner. In June 2015, nothing was done but he said everything would be ready  for September. However, nothing was done and he said that the document would be completed in October, but he would need my signature. As I was still living near Paris in France, I would give the power to Mariana to sign the papers. After an unsuccessful call to the Mexican Consulate in Paris, I went directly there, but I had to talk to the same unpleasant person and again by telephone from the reception of the consulate since she refused to come down or receive me in her office! Finally, I was frustrated to realize that all the steps were heavy, long and somewhat expensive. In October, seven months after having my project in mind, my notary had still not done the papers and I passed you many details. I was going crazy, so I had to take a decision!

DSC_1096

STEP 3: Stuck in my project, let’s make a move and go to Mexico!

Since August 2015, I was no longer working in the company that had employed me when I arrived in Paris late 2012, so I had the freedom to leave France at any time. Thus, I decided to buy air tickets to go to Cancun in November and December 2015. In the hope of getting my papers and move forward on my project of hostel opening. Even though I was so happy to go there, I cannot hide that I was a little bit nervous about leaving alone to manage that project in a country I did not know and whose the language is not my native language; so I was hoping that everything would move at best and my integration would be easy; I have always had wonderful experiences travelling alone abroad, but this time, it was different, I was off to prepare my next move and as I often say, a place might be heavenly, but if we are not surrounded by the right people, heaven will quickly turn into a nightmare!

Departure to Cancun November 4th, 2015:

Thus, on November 4, two days after saying a very finale goodbye to my grandfather I lost and one day after signing a preliminary sale agreement for my apartment near Paris, I took my flight. I was emotionally exhausted by the recent events and the flight did not help that fatigue, especially because of the 6 hours stop in Miami. It was 2:00 a.m. (8 a.m. for me, French time), after putting my Spanish skills in practice to talk to the bus driver, when I arrived at Daniel’s, my Mexican host for the next two months. I could now peacefully sleep, I was feeling perfectly fine, everything was great so far and as I remembered from 2012, Mexicans are absolutely lovely, open and helpful!

DSC_0496 (2)

ETAPE 3 : Projet au point mort, il faut agir et partir au Mexique !

Depuis août 2015, je ne travaillais plus dans l’entreprise qui m’avait employé dès mon arrivée à Paris fin 2012, j’avais donc la liberté de quitter la France à tout moment. Ainsi, j’ai décidé d’acheter des billets d’avion pour me rendre à Cancun aux mois de novembre et décembre. Cela dans l’espoir d’avancer un maximum en étant sur place, mais également dans le but de commencer à me créer un réseau dans la région du Quintana Roo. Bien qu’heureuse d’avoir pris la décision de partir, je ne peux pas cacher que j’étais un peu anxieuse à l’idée de partir seule pour devoir mener à bien un projet dans un pays que je ne connaissais pas et dont la langue n’est pas ma langue maternelle ; j’espérais donc que tout avancerait au mieux et que mon intégration se ferait facilement ; j’ai toujours eu de merveilleuses expériences en partant à l’étranger seule, mais cette fois-ci, c’était autre chose, je partais pour y préparer mon déménagement prochain et comme je le dis souvent, un endroit peut bien être paradisiaque, mais si nous ne sommes pas entourés des bonnes personnes, le paradis se transformera vite en cauchemar !

Départ pour Cancun le 4 novembre 2015 :

C’est ainsi que le 4 novembre, 2 jours après avoir fait mes adieux définitifs à mon papy et 1 jour après avoir signé un compromis de vente pour mon appartement en région Parisienne, j’ai pris mon vol. J’étais émotionnellement fatiguée par les événements récents et le vol n’a pas arrangé cette fatigue, notamment à cause de l’escale de 6 heures à Miami. C’est finalement à 2H00 du matin (8H00 pour moi, en heure française), après avoir dégainé mes “talents” en espagnol pour discuter avec le chauffeur du bus, que je suis arrivée chez Daniel, mon hôte mexicain pour ces 2 prochains mois. Je pouvais me coucher tranquillement, je me sentais parfaitement bien, tout s’était bien déroulé et comme dans mon souvenir de 2012, les mexicains sont absolument adorables, ouverts et serviables !

DSC_0497 (2)DSC_0603

Après 6 heures de sommeil :  Rendez-vous chez mon notaire !

A 8h00, je me suis levée et préparée afin de me rendre à 10h00 au RDV que mon notaire m’avait donné. C’est avec un bon petit-déjeuner pris au restaurant à côté de ses bureaux que je me suis rendue au rendez-vous. J’en suis ressortie très heureuse, puisque premièrement, j’ai réussi à tout comprendre en espagnol et m’exprimer en retour, sans trop grandes difficultés (en tout cas, il m’a comprise) et deuxièmement, j’avais maintenant la confirmation que les papiers allaient vraiment avancer grâce à ma venue sur place, puisque je venais de signer des documents et donner des photocopies de certains papiers. Enfin … C’est ce que je croyais, comme vous le verrez par la suite de mon récit.

ETAPE 4 : Fidéicommis et titre de propriété

Par ailleurs, tandis que je n’ai que 25 ans, en regardant 3 ans en arrière, je me suis dit que j’avais vraiment acheté ce terrain comme si j’achetais des petits pains au chocolat chez la boulangère ! Pour tout vous avouer, en sortant de chez mon notaire ce 5 novembre 2015, j’ai compris que 3 ans et 2 mois plus tôt, ce n’est pas l’acte de propriété que j’avais obtenu, mais simplement l’équivalent d’un compromis de vente ! Il faut dire que déjà en France, c’est compliqué à comprendre, mais alors un premier achat à 22 ans à l’autre bout du monde, ça l’est davantage 🙂 Heureusement que la folie est là pour nous aider à nous lancer dans nos projets 😛 Autrement dit, bien que j’avais payé le terrain dans sa totalité avec mes économies (+ un prêt de 3 000 euros de mes parents à l’époque), je n’étais pas officiellement propriétaire du terrain, il fallait donc que j’obtienne le fidéicommis (en tant qu’étrangère) pour ensuite obtenir mon titre de propriété et entreprendre les démarches de construction !

DSC_0609

After 6 hours of sleep: appointment with my notary!

At 10 a.m. I had an appointment with my notary and I’ve been very happy about it, because firstly, I was able to understand everything in Spanish and speak in return, without undue difficulty (in any case, he understood me) and secondly, I now had the confirmation that the papers were in process since I had to sign documents and provide copies of some papers. Well… That’s what I thought, as you will see later in my story 🙂

STEP 4: Trusteeship and deed of property

Even if I am only 25 years old, looking at 3 years back, I think I had bought this land as if I was buying chocolate rolls at the bakery! To tell you the truth, when I left my notary that November 5th, 2015, I understood that 3 years and 2 months earlier, I did not get my deed but just the sale agreement! It must be said that even in France, it’s complicated to understand, but a first purchase at 22 at the other end of the world, it is even more 🙂 Fortunately, madness is here to help us get into our projects: P In other words, although I had fully paid the land with my savings (and a 3,000 euros loan of my parents at the time), I was not officially the owner of the land, so it was necessary to get my trusteeship (as a foreigner) and then get my deed of property!

DSC_0656DSC_0657 (2)DSC_0677

The beginnings in Cancun and my integration:

I will continue in my next post regarding Puerto Morelos to tell you about the adventures with my project, but let me now tell you a bit about the life I had in Cancun when I arrived 🙂 Now that I was reassured by my intermediary level of Spanish, I was hoping to succeed with my integration!

My first day in Cancun was a rainy day, a short but intense tropical rain that the sun quickly dries. From my first shower, while I was sheltered at the entrance of an underground parking, a lady stopped to offer me a ride, but she was going in the hotel zone of Cancun and I was going in the city center, so our paths have been immediately separated; nevertheless, it immediately gives you an idea of the rest of my adventure 🙂 From my first day, I made a lot of meetings; I must say that as a foreigner, the eye of the local population is attracted, although the city is a popular tourist destination! But let me explain something about Cancun you may already know if you’ve gone before!

DSC_0709DSC_0714 (2)

Les débuts à Cancún et mon intégration :

Je continuerai dans mon prochain article au sujet de Puerto Morelos à vous parler de la suite des événements concernant mon projet, mais laissez-moi maintenant aborder la vie que j’ai vécu à Cancún dès mon arrivée 🙂 Maintenant que j’étais rassuré par mon niveau moyen d’espagnol, il fallait réussir la fameuse intégration !

Mon premier jour à Cancún fût un jour de pluie, il faut dire que les averses sont fréquentes, mais étant tropicales, elles sont intenses et de courtes durées, le soleil sèche vite la pluie. Dès ma première averse, tandis que j’étais abritée à l’entrée d’un parking souterrain, une dame s’est arrêtée pour me proposer de me déposer en voiture, mais n’allant pas dans sa direction, elle dans la zone hôtelière de Cancún et moi dans le centre-ville, nos chemins se sont aussitôt séparés, mais cela vous donne immédiatement une idée de la suite de mon aventure 🙂 Le beau temps revenu, je me suis promenée et dès mes premiers jours, j’ai fait tout un tas de rencontres ; il faut dire qu’en tant qu’étrangère, l’œil de la population locale est attiré, bien que la ville soit touristique ! Mais il faut que je vous explique quelque chose à propos de Cancún que vous ne devez pas savoir si vous n’y êtes encore jamais allé !

DSC_1266

Le vrai Cancun VS Le Cancun pour touristes :

Cancun est effectivement très prisé avec ses quelque 3 millions de touristes par an ; aussi, pour attirer la clientèle à partir des années 70, une zone hôtelière a été créée sur une bande de terre de 23 kilomètres ; il s’agit donc comme son nom l’indique d’une zone où se concentrent les hôtels de la ville, ainsi que quelques magasins de souvenirs, restaurants, discothèques et bars, avec bien entendu pour décor principal une mer turquoise bordée de sable blanc et palmiers, effet carte postale assuré ! Il est évident que c’est magnifique. Et puis d’un autre côté, à 20 minutes en  bus, nous avons la zone urbaine de Cancun où se regroupe la majorité de la population et les institutions officielles de la ville ; partie de Cancun où je vivais et que je choisirais sans aucun remords en comparaison de la zone hôtelière ! Bien sûr, la plage n’est pas à côté lorsque l’on est dans le centre-ville, mais être dans le centre-ville signifie vivre au contact de la population, des locaux ! C’est bien le but en partant à l’étranger non ?

Et puis, comment résister au Parque de las Palapas, place locale des Cancunais où les animations ne manquent pas ? Comment résister à tous les bars à l’ambiance mexicaine du centre-ville ? Comment résister à Las Americas pour y faire son shopping où se retrouver entre amis afin de prendre un verre dans le coin ? Comment résister à l’ambiance trépidante du centre-ville ? Où contrairement à la zone hôtelière, traverser la rue relève d’un défi digne de la vie ou la mort ; où on se sent vraiment inclus dans la population locale ; où on se balade avec son sac de linge sale jusqu’à la « lavandoria », où on peut manger à chaque coin de rue grâce aux petits marchands ambulants ? Où on se rend à l’ADO pour voyager en bus d’une ville à une autre pour quelques pesos ? Etc. Définitivement, lorsque vous serez en vacances chez moi à Puerto Morelos 🙂 (25 minutes de Cancun, 20 minutes au sud de l’aéroport et 30 minutes au nord de Playa del Carmen), il faudra passer du temps dans le centre-ville et vous rendre dans la zone hôtelière (avec un ticket de bus à 10 pesos – 50 centimes d’euros) uniquement pour profiter de la plage et des discothèques avec vos amis. En parlant d’amis, comment s’est donc passé cette fameuse intégration ? J’ai effectivement rencontré du monde, mais ai-je rencontré les bonnes personnes ?

DSC_0491

The real Cancun VS the Cancun for tourists:

Cancun is popular with some 3 million tourists per year; also, to attract customers from the 70s, a hotel zone was created on a 23 kilometers strip of land; so this is as the name suggests it, an area full of hotels with few souvenir shops, restaurants, nightclubs and bars; of course, the main setting is the turquoise sea, white sands and palm trees! Obviously it’s beautiful. And on the other hand, 15 minutes away by bus, we have the urban area of Cancun where gathers the majority of the population and official institutions of the city; it is the area where I was and I loved it! Of course, the beach is not right next to the city center, but being in the city center means being in touch with the locals! That’s the purpose of being abroad, right?

And anyway, how life in Cancun is possible far away from the Parque de las Palapas, the local square where there are a lot of entertainment? Without the Mexican atmosphere of the bars downtown? Without Las Americas to shop or meet friends for a drink around there? Without the hectic atmosphere of the city center? Where unlike the hotel zone, cross the street is a challenge worthy of life or death; where you feel really included in the local population; where you walk with your dirty laundry bag to the “lavandoria”, where you can eat at every corner through the small street vendors? Where you can catch a bus at the ADO to travel from one city to another one for a few pesos? Etc. Definitely, when you will come in vacation to my place in Puerto Morelos 🙂 (25 minutes from Cancun, 20 minutes from the airport and 30 minutes north of Playa del Carmen), you must spend your time in the city center and go to the hotel zone (with a bus ticket for 10 pesos – 50 cents) only to enjoy the beach and nightclubs with friends. Speaking of friends, how was my integration? I actually met a lot of people, but did I met the right people?

DSC_1268DSC_1271DSC_1283

Integration in a city at the other end of the world by being a single woman:

It must be said that Mexicans are easily “amigos” but I think that if problems arise, I could more rely on expatriates of my own country because we quickly become like a small family. Upstream of my departure, I contacted Didier and Claude on a blog, two French forties I have met who have helped me for my project while I was in Cancun! The third person I met through this blog was Julien, a French guy born one day before me, May 2nd, 1990, incredible coincidence, right? I do not know if this coincidence helped us to become good friends, but we soon became like brother and sister! Julien, living in Cancun for 3 years introduced me his Mexican and french friends. But he was not the only one to allow me beautiful meetings; Daniel, my host introduced me Lalo, his roommate, but also the owners of the hostel he worked for and where, from my 3rd day of arrival, I learned to make tortillas (photo above) :). These owners also introduced me to Aziz, a Moroccan resourceful and little by little, I met a whole bunch of people, much more in a month and a half in Cancun than in 3 years in Paris! Of course, my behavior plays a role because I myself am much more open and willing to make friends, but anyway, what a great change and joy this fresh start to get into new projects!

Keep reading about my adventure in Mexico RIGHT HERE!

DSC_1285

S’intégrer dans une ville à l’autre bout du monde en étant seule :

Il faut dire que les Mexicains sont vite « amigos », mais je pense qu’en cas de problème, il sera toujours plus probable de pouvoir compter sur les expatriés de manière générale. En amont de mon départ, j’avais pris contact avec Didier et Claude sur un blog, deux Français de la quarantaine que j’ai rencontrée et qui m’ont aidé pour mon projet ! La troisième personne que j’ai rencontré grâce à ce blog fût Julien, un français né un jour avant mois, le 2 mai 1990, incroyable coïncidence, non ? Je ne sais pas si c’est cette coïncidence qui a joué à notre entente, mais nous sommes vite devenus comme frère et sœur ; Julien se confiait d’ailleurs sur le fait qu’il était heureux d’avoir rencontré une personne avec qui il s’entendait aussi bien et avec qui il se sentait autant à l’aise, après être arrivé à Cancun depuis 3 ans.

Alors Julien m’a fait rencontrer des Mexicains et puis tout un groupe de Français également. Mais il ne fût pas le seul à me permettre de belles rencontres ; Daniel, mon hôte m’a permis de rencontrer son colocataire Lalo, mais aussi les propriétaires de l’auberge de jeunesse pour laquelle il travaillait et où, dès mon 3ème jour d’arrivée, j’ai appris à faire des tortillas (photo du haut) 🙂 . Ces propriétaires, qui vous vous en doutez, furent une rencontre formidable pour moi m’ont également fait rencontrer Aziz, un Marocain plein de ressources également et puis de fil en aiguille, vous l’avez compris, j’ai rencontré tout un tas de personnes, bien plus en un bon mois et demi à Cancun, qu’en 3 ans à Paris ! Bien sûr, mon comportement y joue pour beaucoup, car je suis moi-même beaucoup plus ouverte et encline à faire des connaissances, mais quoi qu’il en soit, quel changement et quelle joie de prendre un nouveau départ pour me lancer dans de nouveaux projets !

La suite des aventures est PAR ICI !

DSC_1257

DSC_1262 (2)

What is your dream dream project? Is it already in process or done?
Quelle est votre projet de rêve ? Est-il déjà en cours ou terminé ? years
Advertisements

12 thoughts on “Leaving France for Mexico at 25 to manage my project of hostel opening

  1. Pingback: Visiting my land after 3 years, in Puerto Morelos, the next Mexican hot spot – SophieAdventures

  2. Pingback: Swimming with tortles in Akumal before finally getting my deed of property and go back to France – SophieAdventures

  3. Pingback: Paris ! You made me happy, cry and grew up. Goodbye Paris after 3 years! – SophieAdventures

  4. Pingback: How and why did I buy a house near Cancun in Mexico at 22 years old? – SophieAdventures

  5. Pingback: A 3 DAYS VISIT TO ONE OF THE BEST EUROPEAN CAPITAL, AMSTERDAM – SophieAdventures

  6. Pingback: MOVING TO MEXICO: LET’S ROCK’N’GET MY HOSTEL’S BUILDING PERMIT | SOPHIE ADVENTURES

  7. Pingback: Hostel Humanity was born | SOPHIE ADVENTURES

  8. Pingback: The end of SophieAdventures. Goodbye. | SOPHIE ADVENTURES

Share your comments / Partage ton opinion :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s